Russia

LES RACINES DE L’IDENTITÉ

Identité profonde. La troisième forme d’identité collective est un paradigme intellectuel conscient, une forme d’identité qui se diffuse pendant sa projection sur les masses. Si l’identité diffuse est un produit de la dissémination, alors l’identité profonde est ce qui subit la dissémination, le cœur de l’esprit d’un peuple, un hiéroglyphe de l’histoire, le centre existentiel de l’Etre d’un peuple et d’une société. Cette identité profonde peut être découverte par les philosophes, les mythes, les prophètes, en se focalisant non pas sur la construction, la projection et la manipulation politique (comme pour les porteurs de l’identité extrême) mais sur la découverte, la libération et l’expression de l’esprit même d’un peuple plutôt que de la manière dont il est imaginé. Par conséquent, l’identité profonde n’est pas une structure au-dessus de l’identité diffuse, mais plutôt sa base, sa racine (radix), son fondement. L’identité profonde est une Idée faisant d’une société particulière ce qu’elle est, d’un peuple ce qu’il est, d’une culture ce qu’elle est, et d’une civilisation ce qu’elle est. Elle se déploie d’une manière diffuse à travers les générations et les masses, en maintenant toujours sa singularité et sa fraîcheur. L’identité extrême est toujours relative, individuelle, et conditionnelle. L’identité profonde est absolue, universelle – à l’intérieur du cadre d’une société particulière – et ne dépend pas de l’expression individuelle. L’identité extrême est un produit particulier de l’identité diffuse. L’identité profonde précède l’identité diffuse et fonctionne comme un pouvoir spirituel qui la constitue.

L’action du Président Poutine et l’Eurasisme.

A un certain moment, Poutine, en tant que chef d’un grand pays et l’idéologie eurasiste en tant qu’appareil conceptuel décrivant de façon la plus précise les défis et objectifs de la situation géopolitique actuelle, dans laquelle les anciennes idéologie, de gauche et de droite, ne fonctionnent plus, fusionnent en un seul objet de haine totale aux yeux des réseaux atlantistes. Tous ceux qui soutiennent Poutine ou qui simplement critiquent l’Occident deviennent instantanément des «agents de Poutine», des «espions russes», des «eurasistes». Par ailleurs, en Russie, quand on parle de la cinquième colonne ou des agents d’influence atlantistes, on est immédiatement accusé de paranoïa et de théorie du complot. Mais jetez un coup d’œil sur les titres des principaux médias de la presse occidentale: partout c’est la chasse à «la cinquième colonne de Poutine», on publie des listes d’espions russes, et à l’aide des hackers de la CIA, déguisés pour la cause en «ukrainiens», les adresses mail des membres du «Mouvement Eurasiste» subissent une campagne frontale afin de dénoncer tous ceux qui ont de la sympathie à l’égard de la Russie.

Que vaut notre petit réseau héroïque d’opposants à l’ordre libéral du monde actuel, par comparaison aux trillions du système de la Réserve fédérale, aux établissements d’enseignement supérieur, aux technologies les pus récentes, aux médias globaux, aux dizaines de milliers d’ONG et d’agences d’influence perchées sur tous les sommets de tous les pays d’Europe et d’Asie… Il déclenche la rage et la fureur de l’ennemi. Car la Russie est avec nous. A la tête de la Russie, il y a Poutine. Et avec lui, il y a notre peuple et notre histoire. Et ils n’ont rien de pitoyable, les quelques poignées d’enthousiastes qui paradent avec les drapeaux de Novorossie et les portraits de Poutine dans les rues des villes d’Europe. Tout cela tire hors du sommeil une civilisation alternative, la Terre, le cœur de la terre. Et elle continuera à la tirer hors du sommeil jusqu’à ce qu’elle soit éveillée.

 

Pas de grande Russie sans grand ébranlement.

Souvent ce sont deux aspects concomitants. La grandeur réside en ce que la Russie a accompli un pas décisif et irréversible, un retour dans l’histoire en qualité de puissance souveraine et autonome, en tant qu’empire. Nous avons montré que la période de dégradation est finie, la préservation de notre potentiel territorial et intérieur a été affirmée ; nous sommes revenus, pour être une grande puissance mondiale. Le genre de chose qui coûte cher. Il va falloir payer beaucoup. Mais voilà, c’est un pas. Un autre, c’est la Crimée, notre réponse au Maïdan, qu’on nous a infligé. Nous n’avons pas voulu cela. Nous voulions être avec l’Ukraine, dans ses frontières d’alors, et entretenir des relations amicales. On nous a imposé la situation, lancé un défi. Nous y avons répondu par la Crimée, à la manière des grandes puissances. Pas à la manière d’une puissance régionale, mais comme une grande puissance. « Ah, tu es ainsi ? Et bien, nous aussi ! »
En même temps, il ne s’agit pas simplement de mots. « La Crimée est à nous, c’est vrai. Mais voyez les conséquences… » On doit toujours payer pour les grandes choses. Pour jouir de leur grandeur, les grandes puissances sont obligées d’investir des quantités phénoménales de ressources. C’est cela, être dans l’histoire. C’est pourquoi on peut comprendre le petit-bourgeois, complètement indifférent à la grandeur. Mais c’est précisément de cette grandeur que vit le peuple. Nombreux sont les peuples qui aujourd’hui s’estiment peut-être mieux nantis que nous, matériellement, (il n’est pas nécessaire d’insister là-dessus, mais nous ne nous trouvons tout de même pas dans un état de dénuement complet), mais qui paieraient cher pour entrer dans l’histoire. Toutefois,  ils ne disposent pour cela ni de la taille, ni de la possibilité, ni encore du potentiel historique. Nous avons tout cela.

Poutine, Valdaï et le koan du samouraï.

Les discours patriotiques de Poutine sont dangereux car bien souvent ils ne sont suivis par rien, sinon le contraire de ce qu’ils affirment.

Le discours de Valdaï de Poutine fut formulé dans une tonalité clairement eurasiste et souveraine. Il paraît que cela aurait du nous réjouir et inspirer l’espoir de la fin du temps des hésitations et des tentatives de conciliation avec l’ennemi, et de l’entrée en confrontation directe avec l’Occident et l’hégémonie américaine, contre lesquels nous combattons directement depuis longtemps déjà.

Nous et les autres

La culture de chaque peuple menant son existence dans le cadre d’un État doit inclure en tant qu’élément propre des idées et théories politiques. Ainsi, l’accusation selon laquelle l’eurasisme professerait l’indifférence politique, l’indifférence aux questions politiques, est fondée sur un malentendu. Mais l’erreur n’est pas moindre, même si on la rencontre souvent, que d’identifier l’eurasisme avec l’un ou l’autre ancien courant d’idées politiques. L’eurasisme réfute l’autorité sans appel de la culture européenne. Et comme il est admis de lier au concept de culture européenne la notion de « progressisme », beaucoup pensent que l’eurasisme est un courant réactionnaire. L’eurasisme pose l’exigence d’une culture nationale et déclare sans appel que la culture nationale russe est impensable sans l’orthodoxie. Cette association, bien entendu, évoque à nouveau chez de nombreuses personnes le souvenir de la fameuse expression « autocratie, orthodoxie, nationalisme» et elle en sort encore renforcée la conviction selon laquelle l’eurasisme serait une forme nouvelle de la vieille idéologie réactionnaire russe. Succombent à cette illusion non seulement ceux de gauche, mais aussi beaucoup à droite, qui s’empressent de déclarer que l’eurasisme est des leurs. Il s’agit d’un profond malentendu. L’expression « autocratie, orthodoxie, nationalisme1» prend une signification particulière sur les lèvres des tenants de la droite russe. A strictement parler, toute la formule pourrait être librement signifiée par le seul mot autocratie. 

La théorie de l’Etat eurasien, Essai sur Nikolaï Nikolaiévitch Alekseiev

C’est aussi dans le contexte de cette attitude de base qu’agit Alexeiev, partageant complètement les idées eurasistes radicales, qui parmi toutes les tendances de la Révolution Conservatrice étaient les plus conséquentes, les plus complètes, les plus cohérentes et les plus convaincantes. Si la Russie-Eurasie doit accomplir sa mission civilisatrice particulière et l’incarner dans la réalité, cela requiert une doctrine toute prête couvrant tous les domaines publics, idéologiques, économiques et sociaux. Nikolaï Alekseiev se lança à lui-même le défi de créer la théorie de l’Etat eurasiste (ou Etat garant, selon sa terminologie). Et dans ce sens son rôle est presque identique à la position du génial juriste allemand Carl Schmitt [5], qui fit face à un problème analogue dans un contexte national différent.

Alekseiev est le Schmitt russe – et en poussant l’analogie on peut affirmer que sans
la philosophie eurasiste de la loi de Nikolaï Alekseiev, il ne pourrait y avoir aucune représentation rigoureuse de l’eurasisme, tout comme il serait impossible de parler de la Révolution Conservatrice allemande en passant sous silence l’une de ses figures centrales – la figure de Carl Schmitt.

Le Conservatisme comme rejet de la logique de l’Histoire.

Il existe néanmoins une possibilité ontologique de dire « non ». Ici commence le conservatisme.

Premièrement qu’est-ce que le conservatisme ? C’est un « non » adressé à ce quiest autour. Et au nom de quoi ? Au nom de ce qui était avant. A proprement parler au nom de ce qui a été dépassé au cours de l’histoire sociopolitique. Le conservatisme est le fait d’occuper une position scientifique, culturelle, religieuse, morale, individuelle, sociopolitique, philosophique, ontologique qui nie le cours de l’histoire auquel nous faisons face maintenant et que nous avons identifié et décrit auparavant.

Le conservatisme lutte pour ce qui est permanent.

Dans la culture du moderne, nous sommes habitués à procéder selon une approche diachronique de l’histoire qui est devenue pour nous quelque chose allant de soi. Cette approche distingue trois catégories temporelles situées dans un ordre strict et irréversible : le passé, le présent (ce qui se passe) et l’avenir. Notons que le passé est ce qui s’est passé. Le présent est ce qui existe. L’avenir, ce qui viendra. Toutes les racines de ces concepts, passé, présent, avenir, sont liés non pas à la signification de l’être, mais à la signification du mouvement (ou au moment de son existence « dans l’instant », son « arrêt »). Voilà en quoi consiste la spécificité de l’historicisme et de la philosophie de l’histoire. Il s’agit d’un modèle de compréhension du monde à travers le mouvement, cette représentation s’est affirmée dans la culture occidentale à l’Epoque moderne en même temps que le concept de progrès. Cette conception unidirectionnelle du temps comprend déjà en elle l’idée du progrès, c’est-à-dire au sens propre, le mouvement vers l’avant.
L’introduction totale et systématique de ce paradigme diachronique contraint quelque fois les conservateurs eux-mêmes lors de la formulation de leurs positions philosophiques et politiques à faire appel au passé en tant que norme. Par là-même, le conservateur exprime d’une certaine façon son accord avec le temps linéaire, reconnaît le fait même de progrès, mais attribue à son contenu une conclusion alternative et négative. Il ressort que le conservateur qui agit de la sorte est par définition un rétrograde, c’est-à-dire celui qui va vers l’arrière. Or, il s’agit d’une définition incorrecte parce que le conservateur ne s’intéresse pas du tout à ce qui s’est passé mais à ce qui se trouve dans le passé, particulièrement au sens où les hommes du moderne comprennent le « passé ».

 

Civilisation souveraine et élimination du césarisme

Selon la terminologie d’Antonio Gramsci, le régime prévalant dans la Russie d’aujourd’hui est très précisément déterminé par le concept de « césarisme ». Voici ce que Gramsci entend par là.

Il décrit le système capitaliste mondial au moyen de trois niveaux, économique (la base), politique et intellectuel (tous deux relevant de la superstructure). L’économie, c’est le marché. La politique, ce sont les partis bourgeois, de droite et de gauche. L’intellectualisme représente les porteurs de l’hégémonie, c’est-à-dire du discours destiné à renforcer les normes, les principes, les protocoles et les codes bourgeois. Selon Gramsci, l’hégémonie est autonome, tant vis-à-vis de l’économie que de la politique. Les intellectuels qui rendent possible l’établissement de l’hégémonie capitaliste peuvent exister même dans une société au marché immature et dépourvue de partis bourgeois stables.Les porteurs de l’hégémonie font allégeance au capital en tant que principe, en tant qu’idée. Ces intellectuels concluent un pacte avec le capital. L’hégémonie s’établit d’abord au niveau de la conscience, et seulement après dans la politique et l’économie. De même, Lénine, misant sur la politique, dépassa les réelles réformes bourgeoises de la base économique de l’Empire russe. L’hégémonie s’installe grâce aux intellectuels, à leur discours, leurs stratégies en matière de médias, d’éducation, d’expertise, et en matière sociale.En vertu de la disparité entre l’établissement de l’hégémonie et l’ordre capitaliste dans le monde, note Gramsci, survient souvent la situation suivante : quand dans l’un ou l’autre pays le développement capitaliste est incomplet (en retard sur le capitalisme global), un meneur politique de tendance autoritaire arrive au pouvoir et construit sa politique sur un balancement entre hégémonie (capitalisme) et idéaux et procédures nationalistes précapitalistes. Il qualifie cela de césarisme.Le dirigeant de type césariste est forcé de naviguer entre les exigences de libéralisation politique, économique et sociale, et la préservation de l’intégrité du pouvoir, appuyé sur un groupe qui lui est personnellement dévoué, se dissimulant derrière « des valeurs traditionnelles et conservatrices ».

Savitski. Eurasie Terre du Milieu.

Le terme idéocratie, qui unit toute forme de gouvernement non-démocratique, non-libéral, est fondé sur des motivations non-matérialistes et non-utilitaristes. En outre, Savitski évite consciemment de préciser ce concept, qui peut se réaliser dans le concile théocratique, la monarchie populaire, la dictature nationaliste et dans le gouvernement d’un parti du type soviétique. Une telle largesse conceptuelle correspond à l’horizon purement géopolitique de l’eurasisme qui englobe d’immenses espaces historiques et géographiques. C’est la tentative d’exprimer le plus précisément la volonté intuitive du continent. Évidemment, l’idéocratie s’oppose directement à l’approche dominante dans les théories de Mackinder, de Mahan et de Spykman. Ainsi, les eurasistes russes menèrent à leur parfaite clarté les termes dans lesquels s’exprimait la confrontation historique entre Mer et Terre. La Mer est la démocratie libérale, le système commercial, le pragmatisme. La Terre c’est l’idéocratie (dans toutes ses modalités, le gouvernement de la hiérarchie, la domination de l’idéal religieux.

La vision de l’idéocratie de Savitski est en résonance avec les idées du sociologue et économiste allemand Werner Sombart, qui catégorise tous les modèles et types sociaux selon deux classes générales : les héros et les commerçants. Dans le domaine géopolitique, les termes héros et héroïsme se dépouillent de leur sens métaphorique et pathétique et deviennent des appellations techniques désignant des spécificités juridiques et éthiques du gouvernement idéocratique.

Le renversement de Poutine

Le renversement de Poutine, préparé par les États-Unis et en Russie par les traîtres nationaux, voilà encore une tromperie envers les Russes. Et nous nous apprêtons tous à y prendre part. Car enfin, soutenir Poutine dans ses hésitations, …ce n’est pas la meilleure voie, …c’est aussi contradictoire, …c’est également, si on veut, une forme de tromperie. Ceux qui ont poussé Poutine dans cette situation avaient précisément réfléchi à ce résultat : le soutenir entièrement, dans toutes démarches, et, surtout, dans son inertie, serait, dans un certain sens, irresponsable.

La Russie vit sous occupation.

La Novorossie est devenue le symbole de cette image du futur. Lorsque nous disons que la Novorossie est notre utopie, ce n’est pas juste. Cette image est suffisamment intelligible. Elle est déjà présente dans les premières ébauches de Constitution de Novorossie, dans le soutien de la famille traditionnelle, dans l’Orthodoxie en tant que religion d’État, dans les essais de nationalisation de portions du grand capital. Évidemment, les représentants les plus invétérés de la « sixième colonne » se sont jetés sur la Novorossie, le segment des managers libéraux le plus efficace en termes de destruction. Mais la lutte est loin d’être terminée. L’image de l’avenir de la Novorossie, c’est l’image de l’avenir russe. La victoire de l’esprit sur la matière, la transfiguration de la matière au nom d’un objectif lumineux et sacré. Et la justice sociale. L’image de l’avenir de la Russie est constituée de ces deux aspects, et elle est apparue en Novorossie. Mais le réseau libéral mondial ne sommeille pas. La guerre est en route. Il ne s’agit pas de notre guerre ; on nous l’a imposée. Mais nous en avons fait notre guerre sacrée. Nous nous sommes levés en défense du monde russe.

Aujourd’hui, le sang russe qui se répand là chaque jour, et particulièrement le sang d’enfants innocents, de femmes, éveille en nous une antique volonté, une voix ancienne, du fond de notre histoire, de notre essence. C’est là un rite terrible. Si nous regardons l’ennemi exterminer notre peuple, sans pouvoir fournir un support suffisant pour le repousser, nous ne pourrons survivre. Le combat pour le monde russe va se poursuivre.

Appel aux Russes éveillés

Beaucoup de gens y vont eux-mêmes, personne ne les y envoie, personne ne les y invite. Récemment, sur les réseaux sociaux un gars d'Ekaterinbourg m'a écrit. Il dit : je vends un vieil ordinateur pour m'acheter un aller-simple à Rostov. Les gens russes vont sauver la Russie sans retour. Voilà nos héros. Nous nous appelons Mozgovoï, nous nous appelons comme ces gens sans nom qui sont en train de mourir pour nous, pour la Russie. Ce jeudi est mort mon très proche ami, le directeur de l'union de jeunesse eurasienne pour la région de Rostov, qui emmenait un convoi d'aide humanitaire, Alexandre Proselkov. Il a reçu 5 balles, dont une dans le cœur. Pour chacun de nous, c'est un malheur personnel, et une guerre personnelle.

Hilarion de Volokolamsk: un sain conservatisme

Le métropolite Hilarion : Tout d’abord, je voudrais distinguer le conservatisme et le traditionalisme du fondamentalisme et du radicalisme. Ce que nous observons maintenant dans l’islam est une croissance des mouvements fondamentalistes qui mènent, en fait, à la déformation de l’islam et à la violence directe à l’encontre des chrétiens et des représentants des autres confessions religieuses. Un tel radicalisme est absolument inacceptable, tant pour les chrétiens que pour les musulmans traditionnels. Lorsque nous parlons du traditionalisme et du conservatisme dans l’Église, il s’agit de tout autre chose. En général, un sain conservatisme a toujours été inhérent à l’Église orthodoxe, lequel a revêtu des formes différentes à diverses époques. Le schisme [des vieux-croyants] est une tragédie de l’Église russe, qui était due à de nombreux facteurs. Je tiens à souligner qu’elle s’est produite à un moment où les influences étrangères commençaient à pénétrer en Russie, tant occidentales que grecques. Le patriarche Nikon [auteur de la réforme liturgique du XVIIème siècle, ndt] était captivé par la Grèce et a décidé de procéder à une correction des livres liturgiques selon les modèles grecs. Dans un premier temps, cela a provoqué la méfiance, puis ensuite détaché de l’Église une partie importante de son « aile conservatrice », comme vous le dites. Il me semble qu’en soi, cette tragédie ne remet pas en question la présence et la nécessité du conservatisme dans l’Église, parce que l’Église orthodoxe est traditionnelle, elle conserve précieusement  ce qui a été accumulé au cours des siècles. Nous ne devons jamais nous précipiter dans les réformes liturgiques.

Le Mouvement Eurasia

Nous sommes entrés au 21ème siècle dans un monde de confrontations, un monde complexe et contradictoire, dans lequel nous ne voyons pas la fin de l’histoire, mais la fin des modèles traditionnels d’interprétation. La confusion que nous sentons ne concerne pas seulement les Russes, mais les peuples du monde entier, bien au-delà de nos frontières. Nous sentons nettement depuis longtemps un manque de vision-du-monde, de philosophie. Avant tout processus historique, avant tout événement, parfois obscur, terrible et douloureux – par exemple une guerre – les peuples ne peuvent trouver aucune base solide pour l’espoir ; car cette base peut venir seulement de la compréhension de ce qui est en train de se passer. 

Nous allons vous guérir avec du poison

Traditionnellement, il y a une mauvaise attitude envers le serpent. C’est un terme injurieux. En mémoire de la tentation d’Eve au Paradis, les reptiles sont privés de pattes et rampent sur leur ventre, sur le sol humide et nu. Le serpent a incorporé Satan. Le mauvais esprit galope à travers le cimetière sur son cheval sans pattes et couvert d’écailles, pendant la nuit, effrayant les vampires et les lapins dormant derrière les buissons. Etant venimeux, froid et souple, le serpent attire peu de sympathie. Marx prit la taupe comme symbole du capitalisme. Comme une taupe aveugle, le capitalisme creuse des trous sombres dans les cœurs des petites gens, parcourant les labyrinthes vampiriques, amenant des bénéfices croissants pour la plus méprisable minorité et des souffrances innombrables pour la plus stupide majorité. Gilles Deleuze a remarqué à juste titre que le capitalisme moderne a changé de symbole. La taupe habituelle a épuisé ses possibilités. Ses sales trous ont tellement grêlé le pauvre sol que la réalité est devenue un tamis à l’échelle mondiale, d’où les habitants de ce coté-ci du grand mur font des grimaces. L’Ere de la Taupe est terminée.

Le temps Lyapunov

Par exemple, trois personnes sont en train de boire. Jusqu’à un certain moment, leur comportement est très prévisible : ils discutent de connaissances, d’amis, de problèmes personnels, de sport, de femmes, de politique. Progressivement, à mesure que le niveau d’ivresse s’accroît, des « bruits » (c’est ainsi que la physique moderne nomme les interférences secondaires dans le flux du processus) commence à s’insinuer dans la conversation. Ces « bruits » peuvent s’exprimer par ce que certains passages sont répétés plusieurs fois par les gens ivres, les conditions psychologiques deviennent tendues, des arguments et des conflits surgissent, l’atmosphère générale se tend. A un certain moment, les conditions atteignent le point de divergence (c’est un terme-clé dans la « théorie de la catastrophe » du physicien bien connu René Tom). Cela signifie que la logique de comportement du trio ivre dans son ensemble et de chacun de ses membres séparément, peut arbitrairement prendre une trajectoire parmi deux de probabilité égale. Par exemple, deux d’entre eux vont dormir, et le troisième rentre à la maison. Ou l’un en attaque un autre à coups de poings, pendant que le troisième tente de les calmer. Ou tous les trois vont dans la rue et se bagarrent avec des passants pour des broutilles. Ou tous se séparent tranquillement et rentrent dans leur famille avec une conscience coupable.

L'Eurasie au dessus de tout

Dans notre société russe [Rossiski, faisant référence à la citoyenneté de la Fédération Russe, NDT] – particulièrement dans la sphère sociale et politique – au début du nouveau millénaire, une déficience d’idée se fait douloureusement sentir. La majorité des gens – y compris les gouverneurs, les politiciens, les scientifiques, les travailleurs – sont guidés dans leur vie et dans leurs choix politiques par un ensemble de facteurs momentanés, de préoccupations fortuites, d’appels éphémères et transitoires. Nous perdons rapidement toute représentation générale concernant le sens de la vie, la logique de l’histoire, les problèmes de l’homme, le destin du monde. Les choix existentiels et sociaux ont été remplacés par la publicité agressive. A la place d’une idéologie politique responsable et signifiante il y a quelques public relations efficaces (ou inefficaces). Le résultat du combat des idées est décidé par le volume des investissements en publicité. Les dramatiques chocs entre les peuples, les cultures et les religions sont transformés en spectacles inspirés par les sociétés multinationales et les trusts pétroliers. Le sang humain, la vie humaine, l’esprit humain sont devenus des abstractions statistiques, au mieux des objets de consommation – des figures de rhétorique démagogiques avec des lamentations humanitaires mielleuses et ambiguës dissimulant un double jeu.

La théorie de l'Etat eurasien, Essai sur Nikolaï Nikolaiévitch Alekseiev

Le nom de Nikolaï Nikolaiévitch Alekseiev n’est pas toujours mentionné dans la liste des principales figures eurasistes. C’est une erreur ennuyeuse, contrastant fortement avec la dimension et la profondeur de ce penseur, avec l’importance de ses travaux et concepts pour toute la vision-du-monde eurasiste. Les noms de Karsavin (un penseur assez ordinaire) ou de Suvchinsky (qui dans l’ensemble est plus important pour son appui financier au mouvement que pour ses écrits médiocres) apparaissent en tête de la liste eurasiste, alors qu’Alekseiev vient plus bas, étant parfois simplement oublié. En réalité, il peut être inclus à juste titre dans le trio des auteurs eurasistes les plus intéressants, les plus originaux et les plus profonds.

Panorama de la "Révolution Conservatrice" en Russie

Mais les précurseurs les plus directs de la RC russe sont les slavophiles du XIXième siècle. Ce courant a fortement influencé toute la vie intellectuelle russe au cours de ces deux derniers siècles. Mais, contrairement à ce qu'on pense trop souvent, le courant slavophile n'a pas toujours été uniquement conservateur, patriarcal, archaïsant et réactionnaire. Comme presque toujours dans l'histoire russe ‹et j'oserais même dire dans presque toute l'histoire de la pensée contre-révolutionnaire‹ les intellectuels les plus radicaux de la Droite ont subi une évolution très particulière avant de devenir radicalement con-servateurs: ils ont très souvent commencé leur trajectoire par le pôle opposé, par le modernisme, le pro-gressisme et l'idéal révolutionnaire. Les premiers slavophiles ‹ceux dits de la première génération,  comme A. Chomyakov, P. Kirievsky et les frères Aksakov, etc., sont tous passés par les idées de la ré-volution française. Mais ils ont perdu les illusions de leur jeunesse et ont exalté les valeurs radicalement anti-révolutionnaires, celles du sol, celles du peuple compris cette fois comme unité organique, qualita-tive, historique, celles de l'identité spirituelle et géopolitique de la Russie, celles de l'identité religieuse et impériale de cet immense pays. 

Poutine fait tout ce qu’il faut faire (entretien avec Douguine - Zuerst)

Voyez-vous, ce que croit l’Occident aujourd’hui, c’est qu’un jour toutes les démocraties libérales abandonneront leur souveraineté et se fonderont dans une sorte de “super-nation” sous l’hégémonie américaine. Telle est bien l’idée centrale de la globalisation à l’oeuvre aujourd’hui. Ce projet est irréalisable avec un Vladimir Poutine car il s’y oppose et défend la souveraineté russe. Ensuite, il ne reconnaît pas la prétention américaine à exercer cette hégémonie en toute exclusivité. C’est là qu’il faut chercher la vraie raison des attaques acharnées que commet l’Occident contre lui et de sa diabolisation. C’est aussi la raison pour laquelle l’Occident soutient de manière aussi spectaculaire l’opposition russe: il s’agit d’acquérir de l’influence et de consolider l’hégémonie occidentale.

Q.: D’après vous donc, Poutine fait tout ce qu’il faut faire...

AD: Bien sûr que non. Il a commis des erreurs, notamment lors des dernières élections pour le Parlement. Elles n’ont pas été aussi transparentes qu’elles auraient dû l’être.

Les missions européennes et grandes-continentales de la Russie

 

Dans les milieux géopolitiques du gaullisme, j'entends à l'intérieur de ses fort confidentiels groupes géopolitiques, dont l'action, quoi qu'on en dise, continue dans l'ombre, on est plus que jamais convaincu de la nécessité vitale, ontologique, d'une grande politique continentale franco-allemande.

Car, tout en se tenant très en retrait par rapport aux engagements que le mouvement gaulliste officiel a contracté, actuellement, en France, à travers l'expérience gouvernementale poursuivie par Edouard Balladur et Charles Pasqua, les groupes géopolitiques n'en surveillent pas moins attentivement l'évolution de plus en plus inquiètante de la situation politique générale en Europe.

Or, pour le gaullisme de la fin, pour le gaullisme en voie d'accomplissement final, qui seul est nôtre, plus la politique européenne se trouve en difficulté, par rapport à elle-même aussi bien que sur ses fronts d'affirmation extérieure, planétaire, plus il faut que le rapprochement franco-allemand s'intensifie, et qu'à la limite il finisse même par se résoudre en une intégration fédérale décisive, allant jusqu'à l'identification totale. Une identification finale destinée à changer, comme par réverbération sismique, de l'intérieur et irréversiblement, l'ensemble de la situation politique continentale.

 

Poutine et l'Eurasie

En ces tumultueux débuts de l’année 2004, des événements absolument décisifs se manifestent, avec force, à l'abri de leurs propres dissimulations à l'oeuvre, qui sembleraient chargées d'en obturer, d'en atténuer la véritable importance, le caractère certain d'une mise en convergence tragique, engagée dans la direction d'un reversement final des temps et du sens actuel de l'histoire du monde à sa fin. Car il est désormais chose parfaitement acquise qu'à présent nous allons inéluctablement vers «la fin d'un monde», expression empruntée à René Guénon.
   Bien sûr, les actuelles gesticulations paranoïaques de ce que Bill Clinton avait appelé la «Superpuissance Planétaire des Etats-Unis», engagée comme celle-ci se trouve dans son incroyable entreprise d'ingérence - dans les termes d'un conflit armé de dimensions, d'implications planétaires - au Moyen-Orient, sous le prétexte d'une mise au pas définitive de l'Irak, et de la liquidation du régime national-révolutionnaire de Saddam Hussein hier encore au pouvoir à Bagdad, captivent pour le moment tout l'horizon de l'actualité en cours, mobilisent exclusivement notre attention (à très grand tort d'ailleurs, ainsi qu'on s'en apercevra au cours du bref texte présent, qui est aussi autre chose qu'une simple préface).
   Tentative d'ingérence des Etats-Unis au Moyen-Orient qui n'est de toutes les façons que la reprise, la répétition, à un niveau autrement supérieur, de leur précédente entreprise d'ingérence directe dans l'ancienne Yougoslavie - en Bosnie, au Kosovo, en Macédoine, en Serbie même - ayant finalement abouti à la mainmise politico-stratégique totale des Etats-Unis sur l'ensemble du Sud-Est du continent européen, avec l'Albanie comme base de contrôle et de manoeuvre arrière.

La Quatrième théorie politique

Le XXème siècle s’est achevé mais nous commençons seulement maintenant à nous en rendre compte. Le XXème siècle a été le siècle des idéologies. Si, au cours des siècles passés, les religions, les dynasties, les couches sociales, les États-nations ont joué un rôle considérable dans la vie des peuples et des sociétés, au XXème siècle la politique s’est déplacée vers le domaine purement idéologique, recouvrant d’une nouvelle façon la carte du monde, des peuples et des civilisations. Les idéologies partiellement politiques incarnaient des tendances anciennes, profondes et civilisationnelles. Elles étaient également, en partie, particulièrement novatrices.

Toutes les idéologies politiques qui ont atteint leur pic de diffusion et d’influence au XXème siècle étaient une création des Temps modernes et incarnaient de façon diverse, voire sous des signes différents, l’esprit moderne. Aujourd’hui, nous quittons précipitamment cette époque. C’est pourquoi on mentionne de plus en plus souvent une « crise des idéologies », voire « la fin des idéologies » (ainsi, la Constitution de la Fédération de Russie nie clairement l’existence d’une idéologie d’État). Il est donc temps d’examiner cette question plus en détails.