Eurasianism

LE GRAND PROBLEME METAPHYSIQUE ET LA TRADITION

En accord avec la doctrine islamique, le Prophète Mahomet était le dernier des prophètes, le dernier installateur et réformateur de la loi traditionnelle, le « sceau des prophètes ». Mais l’ésotérisme chiite dit qu’à la fin du cycle doit apparaître le dernier des interprètes ésotériques de la Révélation, le « sceau ésotérique ». Avec lui et ses compagnons, toute la signification métaphysique de la question concernant le sens et le but de l’origine secrète de l’être est restaurée en accord avec les imitations inhérentes aux traditions et aux religions, et fermement établie dans la perspective métaphysique correcte.

Cette théophanie eschatologique affecte de manière significative toutes les religions et traditions, révélant leur noyau caché.

Mais dans cet événement eschatologique, le rôle principal est assigné au christianisme : la tradition de porter la clé du mystère qui dépasse même le grand et complet silence.

LE KURDISTAN ET LE GRAND MOYEN-ORIENT

Je pense qu’il est maintenant nécessaire de faire appel au concept d’eurasisme. Il faut adapter le modèle eurasien au Kurdistan. Nous devons parler de l’intégration du peuple kurde en tant que communauté historique unie et de sa participation à la construction du projet eurasien. Cela impliquera une rupture complète des relations avec les Américains et l’établissement d’une union stratégique à long terme avec la Russie comme garante de l’ordre mondial. En même temps, avec l’aide de la Russie, les Kurdes pourraient trouver un statu quo avec Ankara. Dans cette situation, toute la tension avec l’Iran serait apaisée et nous pourrions discuter de la création d’un Etat ou de régions kurde(s)-chiite(s). Toutes les composantes actuelles d’un Etat kurde pourraient être considérées comme faisant partie du projet eurasien.

Alors les Kurdes n’auraient plus qu’un seul ennemi : l’ISIS. En examinant les autres pays de la région, l’ISIS est aussi l’ennemi de la Syrie, de l’Irak, de l’Iran, de la Turquie, et de la Russie. Si les Kurdes veulent vaincre leur véritable ennemi, le terrorisme, ils doivent rechercher des partenaires même parmi ces Etats avec lesquels ils n’ont pas toujours eu de bonnes relations. Les Kurdes devraient rejoindre la coalition anti-ISIS au Moyen-Orient. A la tête de cette coalition pourrait se trouver la superpuissance nucléaire russe, qui est neutre et sans préjugés concernant ces détails historiques, et qui est le bastion de la civilisation eurasienne, le principal garant du système eurasien multipolaire qui fait la guerre à l’ISIS.

L’action du Président Poutine et l’Eurasisme.

A un certain moment, Poutine, en tant que chef d’un grand pays et l’idéologie eurasiste en tant qu’appareil conceptuel décrivant de façon la plus précise les défis et objectifs de la situation géopolitique actuelle, dans laquelle les anciennes idéologie, de gauche et de droite, ne fonctionnent plus, fusionnent en un seul objet de haine totale aux yeux des réseaux atlantistes. Tous ceux qui soutiennent Poutine ou qui simplement critiquent l’Occident deviennent instantanément des «agents de Poutine», des «espions russes», des «eurasistes». Par ailleurs, en Russie, quand on parle de la cinquième colonne ou des agents d’influence atlantistes, on est immédiatement accusé de paranoïa et de théorie du complot. Mais jetez un coup d’œil sur les titres des principaux médias de la presse occidentale: partout c’est la chasse à «la cinquième colonne de Poutine», on publie des listes d’espions russes, et à l’aide des hackers de la CIA, déguisés pour la cause en «ukrainiens», les adresses mail des membres du «Mouvement Eurasiste» subissent une campagne frontale afin de dénoncer tous ceux qui ont de la sympathie à l’égard de la Russie.

Que vaut notre petit réseau héroïque d’opposants à l’ordre libéral du monde actuel, par comparaison aux trillions du système de la Réserve fédérale, aux établissements d’enseignement supérieur, aux technologies les pus récentes, aux médias globaux, aux dizaines de milliers d’ONG et d’agences d’influence perchées sur tous les sommets de tous les pays d’Europe et d’Asie… Il déclenche la rage et la fureur de l’ennemi. Car la Russie est avec nous. A la tête de la Russie, il y a Poutine. Et avec lui, il y a notre peuple et notre histoire. Et ils n’ont rien de pitoyable, les quelques poignées d’enthousiastes qui paradent avec les drapeaux de Novorossie et les portraits de Poutine dans les rues des villes d’Europe. Tout cela tire hors du sommeil une civilisation alternative, la Terre, le cœur de la terre. Et elle continuera à la tirer hors du sommeil jusqu’à ce qu’elle soit éveillée.

 

Eurasie dans la guerre de réseau (Réseau eurasien à la veille de 2015)

Maintenant c’est le calme avant la tempête. La situation en Novorossia a atteint une impasse. Pression sur la Russie est de plus en plus forte. Nous sommes sous les assauts. Toute personne qui soutient activement Poutine, est inclus dans le réseau eurasien, jette le défie à la Bête américaine, maintenant sous l’attaque. La pression est de plus en plus forte. Le plus désagréable dans cette situation c’est la trahison. C'est quand l'ennemi est bien conscient à quel point tu es dangereux pour lui, et un ami ne se rend pas compte de ton utilité pour lui. Mais c’est aussi une épreuve à passer. Et on ne peut la passer que grâce à l'idée. Malgré la psychologie et de «jeux de réseau» complexes avec lesquels nos adversaires essaient de nous étrangler.

Nous avons fait et nous ferons notre réseau mondial eurasien. Nous avons travaillé et nous travaillerons contre l'hégémonie américaine. Nous avons soutenu et nous soutiendrons toutes les forces alternatives en Europe et en Asie, qui représentent la tradition (et pour nous c'est principalement l’orthodoxie), la justice, la liberté et le monde multipolaire. Contrairement à l'Occident: il n'y a pas une, mais plusieurs civilisations; il n'y a pas une (libérale), mais de nombreuses idéologies; il n'y a pas une seule culture, mais la diversité riche des cultures qui n'acceptent pas la mondialisation et se battront jusqu'à la fin.

Nous et les autres

La culture de chaque peuple menant son existence dans le cadre d’un État doit inclure en tant qu’élément propre des idées et théories politiques. Ainsi, l’accusation selon laquelle l’eurasisme professerait l’indifférence politique, l’indifférence aux questions politiques, est fondée sur un malentendu. Mais l’erreur n’est pas moindre, même si on la rencontre souvent, que d’identifier l’eurasisme avec l’un ou l’autre ancien courant d’idées politiques. L’eurasisme réfute l’autorité sans appel de la culture européenne. Et comme il est admis de lier au concept de culture européenne la notion de « progressisme », beaucoup pensent que l’eurasisme est un courant réactionnaire. L’eurasisme pose l’exigence d’une culture nationale et déclare sans appel que la culture nationale russe est impensable sans l’orthodoxie. Cette association, bien entendu, évoque à nouveau chez de nombreuses personnes le souvenir de la fameuse expression « autocratie, orthodoxie, nationalisme» et elle en sort encore renforcée la conviction selon laquelle l’eurasisme serait une forme nouvelle de la vieille idéologie réactionnaire russe. Succombent à cette illusion non seulement ceux de gauche, mais aussi beaucoup à droite, qui s’empressent de déclarer que l’eurasisme est des leurs. Il s’agit d’un profond malentendu. L’expression « autocratie, orthodoxie, nationalisme1» prend une signification particulière sur les lèvres des tenants de la droite russe. A strictement parler, toute la formule pourrait être librement signifiée par le seul mot autocratie. 

La théorie de l’Etat eurasien, Essai sur Nikolaï Nikolaiévitch Alekseiev

C’est aussi dans le contexte de cette attitude de base qu’agit Alexeiev, partageant complètement les idées eurasistes radicales, qui parmi toutes les tendances de la Révolution Conservatrice étaient les plus conséquentes, les plus complètes, les plus cohérentes et les plus convaincantes. Si la Russie-Eurasie doit accomplir sa mission civilisatrice particulière et l’incarner dans la réalité, cela requiert une doctrine toute prête couvrant tous les domaines publics, idéologiques, économiques et sociaux. Nikolaï Alekseiev se lança à lui-même le défi de créer la théorie de l’Etat eurasiste (ou Etat garant, selon sa terminologie). Et dans ce sens son rôle est presque identique à la position du génial juriste allemand Carl Schmitt [5], qui fit face à un problème analogue dans un contexte national différent.

Alekseiev est le Schmitt russe – et en poussant l’analogie on peut affirmer que sans
la philosophie eurasiste de la loi de Nikolaï Alekseiev, il ne pourrait y avoir aucune représentation rigoureuse de l’eurasisme, tout comme il serait impossible de parler de la Révolution Conservatrice allemande en passant sous silence l’une de ses figures centrales – la figure de Carl Schmitt.

Savitski. Eurasie Terre du Milieu.

Le terme idéocratie, qui unit toute forme de gouvernement non-démocratique, non-libéral, est fondé sur des motivations non-matérialistes et non-utilitaristes. En outre, Savitski évite consciemment de préciser ce concept, qui peut se réaliser dans le concile théocratique, la monarchie populaire, la dictature nationaliste et dans le gouvernement d’un parti du type soviétique. Une telle largesse conceptuelle correspond à l’horizon purement géopolitique de l’eurasisme qui englobe d’immenses espaces historiques et géographiques. C’est la tentative d’exprimer le plus précisément la volonté intuitive du continent. Évidemment, l’idéocratie s’oppose directement à l’approche dominante dans les théories de Mackinder, de Mahan et de Spykman. Ainsi, les eurasistes russes menèrent à leur parfaite clarté les termes dans lesquels s’exprimait la confrontation historique entre Mer et Terre. La Mer est la démocratie libérale, le système commercial, le pragmatisme. La Terre c’est l’idéocratie (dans toutes ses modalités, le gouvernement de la hiérarchie, la domination de l’idéal religieux.

La vision de l’idéocratie de Savitski est en résonance avec les idées du sociologue et économiste allemand Werner Sombart, qui catégorise tous les modèles et types sociaux selon deux classes générales : les héros et les commerçants. Dans le domaine géopolitique, les termes héros et héroïsme se dépouillent de leur sens métaphorique et pathétique et deviennent des appellations techniques désignant des spécificités juridiques et éthiques du gouvernement idéocratique.

À propos de l’eurasisme chretien-orthodoxe

Les termes « eurasisme orthodoxe » sont de plus en plus fréquemment utilisés par la junte putschiste au pouvoir à Kiev pour qualifier la vision du monde de la République de Novorossia. Même s’il est clair que cet élément de langage a été conçu à Washington, il est cependant, à mes yeux, tout à fait exact.

Presque tous les eurasistes historiques étaient des patriotes russes orthodoxes. Contrairement aux slavophiles et à Leontiev cependant, ils étaient sceptiques quant à la possibilité d’unir tous les Slaves du fait qu’ils estimaient que les différences culturelles, religieuses et historiques entre eux étaient plus importantes que leur proximité ethno-linguistique. Dans le même temps, ils soulignaient que la civilisation russe avait intégré dans une unité de destin un certain nombre de peuples non-slaves (Turcs, Caucasiens, peuples de Sibérie) en contact géographique avec nous.

La terre verte / L' Amérique

Le rôle des Etats-Unis, la dernière superpuissance restante dans le monde, est aujourd’hui central dans la géopolitique globale. А partir de la fin du XIXe siècle, un continent marginal, qui n’avait jusqu’alors représenté qu’une province secondaire du Vieux Monde, de l’Europe, devint progressivement un géant politiquement et culturellement autonome, jusqu’au moment où, après la seconde guerre mondiale, les Etats-Unis se proposèrent comme modèle paradigmatique universel aussi bien pour ces mêmes pays d’Europe que pour l’Asie. L’importance de l’Amérique s’accrut sans cesse, se répandit un ensemble de critères idéologiques, culturels, psychologiques et même philosophiques associés à l’Amérique qui vont bien au-delà de son influence proprement économique et militaire. Se manifesta de plus en plus l’existence d’une « Amérique mythologique », d’une « Amérique comme concept », d’une « Amérique comme idée de l’Amérique ». Et si une telle « idée de l’Amérique » a pu s’enraciner dans la conscience géopolitique universelle et devenir quelque chose de « néo-sacral », il doit y avoir à cela des raisons très sérieuses associées à l’inconscient collectif de l’humanité, et à cette géographie secrète continentale qui plonge ses racines dans les millénaires mais dont le souvenir continue à vivre comme archétypes psychiques. L’objet de ce chapitre est précisément d’examiner les dessous « mythologiques » de l’Amérique comme « continent intérieur ».

EURASISME : UNE ARME DE GUERRE CONTRE LE MONDIALISME

Comme prévu, la « Troisième Voie » n’a jamais existé dans le réel. La révolution populaire de Maïdan, qui partait d’une contestation légitime (dégager le mafieux Ianoukovitch) a été subvertie très rapidement par toute la clique orangiste (pro-UE) qui s’y préparait depuis longtemps. Tous les chapitres de cette pièce bien connue se sont déroulés comme au théâtre : les drapeaux européens, la romance des barricades, les snipers, Bernard-Henri-Lévy, les méchants « titushkis » (en Syrie, c’étaient « les shabihas ») et finalement la fuite du président déchu et le gouvernement de transition composé de ronds-de-cuirs occidentalisés et présélectionnés. Iatseniouk prônant « l’Open Society » (société ouverte) chère à l’activiste orangiste et milliardaire américain George Soros. La formation d’une « garde nationale » et ses uniformes américains, comme en Libye. La stigmatisation des éléments réellement révolutionnaires du Maïdan (« les extrémistes ») et la « nuit des longs couteaux » (assassinat de Shashko Biliy par la police du nouveau régime). Focalisation de la colère vers la « menace russe » extérieure. L’appel de solidarité aux nationalistes d’Europe, pour rejouer encore une fois le Front de l’Est, la Croatie ou la Géorgie face aux « russo-bolcheviks ». La formation d’une brigade de volontaires internationaux (par Gaston Besson, vétéran de Croatie et de Birmanie). Tout s’est passé comme nous l’avions prévu, au détail près.

Eurasisme : Une Arme de Guerre contre le Mondialisme

Comme prévu, la « Troisième Voie » n’a jamais existé dans le réel. La révolution populaire de Maïdan, qui partait d’une contestation légitime (dégager le mafieux Ianoukovitch) a été subvertie très rapidement par toute la clique orangiste (pro-UE) qui s’y préparait depuis longtemps. Tous les chapitres de cette pièce bien connue se sont déroulés comme au théâtre : les drapeaux européens, la romance des barricades, les snipers, Bernard-Henri-Lévy, les méchants « titushkis » (en Syrie, c’étaient « les shabihas ») et finalement la fuite du président déchu et le gouvernement de transition composé de ronds-de-cuirs occidentalisés et présélectionnés. Iatseniouk prônant « l’Open Society » (société ouverte) chère à l’activiste orangiste et milliardaire américain George Soros. La formation d’une « garde nationale » et ses uniformes américains, comme en Libye. La stigmatisation des éléments réellement révolutionnaires du Maïdan (« les extrémistes ») et la « nuit des longs couteaux » (assassinat de Shashko Biliy par la police du nouveau régime). Focalisation de la colère vers la « menace russe » extérieure. L’appel de solidarité aux nationalistes d’Europe, pour rejouer encore une fois le Front de l’Est, la Croatie ou la Géorgie face aux « russo-bolcheviks ». La formation d’une brigade de volontaires internationaux (par Gaston Besson, vétéran de Croatie et de Birmanie). Tout s’est passé comme nous l’avions prévu, au détail près.

 

L'Eurasisme selon Alexandre Douguine

La fin du XXème siècle se caractérise par la victoire totale, massive, de la « première théorie politique », le libéralisme, qui a vaincu définitivement les deux autres, le fascisme, en 1945, et le marxisme, en 1989. N’ayant plus d’adversaire capable de soutenir théoriquement et pratiquement la contradiction, et porté par sa logique destructrice, qui le mène à transcender toutes les limites, il tend, à partir de son noyau, les Etats-Unis d’Amérique, à se répandre sur toute la planète, éradiquant les racines des peuples et leur identité. De fait, il se nie lui-même, en abolissant son substrat idéologique, l’humanisme issu de la Renaissance, dont l’incarnation est l’individu. La postmodernité est en effet, après la fin des grands récits, la gestion des choses de l’économie, et le ravalement de l’homme et du réel au rang d’objet démontable et recomposable. A ce cauchemar, s’oppose le conservatisme, dans le sens que lui donnait en partie la Révolution conservatrice, concept que Douguine approfondit comme incrustation, dans l’ordre humain, de l’éternité, qui s'oppose au mythe du progrès et au « nomadisme de l'asphalte ».

Pour un Eurasisme européen

Le conflit ukrainien nous donne l'occasion de souligner à nouveau que pour répondre à l'eurasisme douguinien - comme base théorique pour une Quatrième philosophie politique - et sortir de la Nuit du Libéralisme triomphant (post-libéralisme), il faut lui répondre sur le même plan, sur un plan eurasiste, il faut nous emparer de la grille de lecture, de la méthodologie et de la question eurasiste, la formuler, théoriser un eurasisme français, dissident, un eurasisme pour la Middle Europa, car si, craintifs, conservateurs, nous voyons l'eurasisme uniquement comme une réminiscence de l'impérialisme russo-soviétique, que nous aidons à réactiver le modèle du monde bipolaire de la Guerre froide à travers une reformulation de l'opposition nécessaire au bon fonctionnement du mondialisme qui se résume à l’affrontement extrême - antiradical et antitraditionnel - communisme/national-socialisme, et que nous réduisons donc la voie eurasiste, la Quatrième théorie politique, à un néo-communisme ou un national-bolchévisme 2.0, comme complexe post-impérial et réflexe impérialiste russe, nous travaillons pour les mondialistes, reconstruisons avec eux l'ennemi idéalement nécessaire pour maintenir le statu quo, l'hégémonie du monde unipolaire/bipolaire (Multilatéralisme ?), et c'est ce que l'eurasisme sera, ou ce à quoi il servira.

«Les forces radicales dans l’islam servent les intérêts des Américains»

Le peuple arabe lui-même, parce qu’il doit être souverain, libre et indépendant dans ses décisions, et la religion authentique et profondément enracinée dans ce peuple, l’islam traditionnel. Je crois que maintenant il y a beaucoup de personnages qui se proposent d’être les chefs spirituels et religieux alors qu’ils travaillent pour des puissances qui n’ont rien à voir avec le monde arabe, telles que les Etats-Unis, le pays le plus satanique et antireligieux du monde. Le libéralisme occidental est agressif, séculaire, maçonnique et complètement antitraditionnel et je ne comprends pas comment peut-on collaborer avec les Etats-Unis en défendant les valeurs islamiques. Je crois que c’est tout à fait contradictoire et, dans ce cas, je suis tout à fait d’accord avec Cheikh Imran Hosein, que je tiens en très grande estime, pour dire que le peuple arabe et le monde musulman ont besoin de retour aux vraies traditions islamiques, ce qui exclut toute collaboration avec les forces de l’Occident qui sont celles du Dajjal.

Pages